Peut-On Consommer De L’huile de CBD En Plus D’un Traitement ?

Peut-On Consommer De L’huile de CBD En Plus D’un Traitement ?

 

La plupart du temps, consommer de l’huile au CBD ne pose pas de risque de santé ou d’effets secondaires. Cependant, comme toute autre composé que l’on ingère, il peut interagir avec d’autres médicaments. Spécifiquement, l’huile au CBD peut affecter les mêmes systèmes que ceux sur lesquels les médicaments agissent, altérant ainsi leurs effets.

D’une manière générale, l’huile au CBD seule est considérée comme salubre en guise de complément bien-être. L’Organisation mondiale de la santé a découvert que ce composé ne présentait pas d’effets secondaires graves ni de propriétés addictives. Cependant, ce profil de salubrité se complique légèrement si vous suivez un autre traitement.

Plus précisément, si votre traitement interagit avec la famille d’enzymes cytochrome P450, il se peut que le CBD fasse rester ce traitement dans votre système plus longtemps que prévu, le pourvoyant ainsi des effets d’une plus forte dose. Au fil de cet article,nous vous montrerons la manière dont le corps transforme le CBD et expliquerons la raison de ces effets. Une fois ce sujet couvert, nous vous aiderons à prendre en compte cet effet en relation avec votre propre traitement.

COMMENT LE CORPS TRANSFORME LE CBD

Pour parler correctement de la manière dont le CBD interagit avec un traitement, il faut détailler la manière dont il agit sur le corps de manière générale. Voyez-vous, contrairement aux autres cannabinoïdes, le CBD n’a pas d’affinité de liaison forte avec les récepteurs endocannabinoïdes du système endocannabinoïde (SEC). Ce système existe dans tout notre corps et modère beaucoup de nos fonctions corporelles.

Le CBD a tout de même un effet sur le SEC, mais il est moins direct. Au lieu de se lier aux récepteurs CB1 et CB2, le CBD inhibe la production d’hydrolase des amides d’acides gras (HAAG) de notre corps. Ce composé écrase et affaiblit l’anandamide dans notre système.

L’anandamide, un endocannabinoïde produit par notre corps et lié à des sensations de motivation et de plaisir, est aussi connu pour son soutien du système endocannabinoïde. Finalement, la protection de la molécule offerte par l’action d’inhibition des HAAG par le CBD a un effet notable sur le SEC ?

De plus, le CBD altère aussi la fonction d’un autre inhibiteur de l’anandamide : les protéines de liaison aux acides gras (PLAG). Ces molécules transfèrent l’anandamide vers les molécules HAAG pour la métabolisation, de ce fait, leur inhibition est aussi profitable à la production d’anandamide et donc, à la production globale d’endocannabinoïde.

QU’EST-CE QUE LE SYSTÈME DE CYTOCHROMES P450 ?

Maintenant que nous avons expliqué la manière dont le CBD interagit avec le corps, il nous faut expliquer l’autre facteur majeur de l’interaction intermédicamenteuse mentionnée précédemment : le système de cytochromes P450. Cette famille d’enzymes du foie est chargée de décomposer la moindre substance étrangère et de l’envoyer vers le corps.

Pour être plus spécifique, ces enzymes sont responsables de la métabolisation de beaucoup des médicaments que nous consommons pour traiter nos maux. En creusant un peu plus, vous découvrirez que toutes les enzymes de cette famille ne sont pas impliquées dans ce processus. Il s’agit en fait d’un type d’enzyme appelé CYP3A4 qui est chargé de décomposer près de 60 % des médicaments prescrits sur ordonnance de nos jours.

L’HUILE AU CBD PEUT-ELLE AFFECTER UN TRAITEMENT ?

En plus de décomposer ces médicaments, le CYP3A4 est aussi responsable de la décomposition de certains cannabinoïdes, y compris le CBD. Lorsqu’il est décomposé ce cannabinoïde en particulier, le comportement du CYP3A4 envers les autres substances est altéré.

Plus précisément, il se trouve que le CBD peut notamment ralentir la métabolisation de toutes les enzymes du système cytochrome P450, y compris du CYP3A4.

De ce fait, les enzymes peuvent mettre plus de temps à décomposer le moindre médicament qu’elles sont censées métaboliser lorsque du CBD est présent dans votre système. Lorsque cela arrive, vous découvrirez qu’une dose standard de n’importe quel médicament métabolisé par le P450 aura un effet plus puissant qu’il ne l’est normalement.

Vice versa, certains médicaments inhibent le processus du CYP3A4 de la même manière. Dans ces cas, si vous consommez du CBD ? Votre corps aura plus de mal à le transformer aussi efficacement, ce qui provoquera une impression d’avoir consommé une dose plus importante.

Cela ne provoque rien de dramatique dans la plupart des cas, mais le mélange du CBD et de certains traitements peut parfois provoquer une variété d’effets secondaires, tels que des nausées, vertiges, diarrhées et de la fatigue (ces deux derniers sont les effets secondaires communs d’une surconsommation de CBD). Cependant, dans le pire des cas, ce mélange peut mener à une overdose de la substance non CBD.

AVEC QUELS TRAITEMENTS ET MÉDICAMENTS LE CBD INTERAGIT-IL ?

Pour éviter ces potentiels effets secondaires, il est vital de noter quels traitements sont contre-indiqués ou interagissent avec une consommation de CBD.

Mais comment peut-on trouver quels médicaments sont métabolisés par le système P450 ? Eh bien, vous devriez toujours parler à votre médecin de ce genre de choses, mais il existe une manière simple de savoir encore plus facilement si votre traitement sera affecté.

Si le traitement que vous prenez déconseille la consommation de pamplemousse ou de jus de pamplemousse, vous pourrez supposer qu’il ne faut pas non plus consommer de CBD. Pour faire simple, le pamplemousse et le CBD, en plus du cresson, de l’hydraste du Canada et du millepertuis inhibent tous la capacité de l’enzyme P450 à métaboliser les médicaments. Bien sûr, les effets ne sont pas exactement les mêmes, mais ils sont assez similaires.

En prenant cela en compte, si vous consommez du CBD (ou que vous consommez quoi que ce soit de mentionné dans les derniers paragraphes), vous devriez prendre en compte la manière dont il interagira avec les catégories médicamenteuses suivantes :

• Antibiotiques
• Antidépresseurs
• Antihistaminiques
• Antipsychotiques
• Stéroïdes
• Bloqueurs des canaux calciques
• AINS
• Antiépileptiques
• Bêtabloquants
• Antiviraux du VIH
• Antiarythmiques
• Antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II
• Benzodiazépines
• Procinétiques
• Agents oraux hypoglycémiants
• Inhibiteurs de la HMG-CoA réductase
• IPP

Ce sont les traitements qui interfèrent le plus souvent avec le CBD et vice versa, mais il est intéressant de noter qu’il en existe quelques autres qui tombent dans cette catégorie. Soyez certains de consulter un médecin au sujet de quelconque traitement qui pourrait interagir avec le système d’enzymes P450.

PEUT-ON CONSOMMER DE L’HUILE AU CBD EN PLUS D’UN TRAITEMENT SANS PRENDRE DE RISQUE ?

Tout bien considéré, cette conversation n’a pour objectif que de répondre à une seule question : peut-on consommer de l’huile au CBD en plus d’un traitement sans prendre de risque ?

Eh bien, si votre traitement n’indique rien à l’encontre des pamplemousses (en d’autres mots, s’il n’interagit pas avec le système d’enzyme P450), alors il y a de bonnes chances pour que cela soit sans danger. Il y a cependant d’autres facteurs en jeu en ce qui concerne les traitements, il est donc important de demander conseil à votre médecin pour le cas particulier de votre traitement afin d’être certain de ne pas faire d’erreur.

Même s’il interagit avec ce système, tout espoir n’est pas perdu. Votre médecin est là pour vous aider à trouver l’équilibre et il ou elle sera capable de vous proposer une routine qui inclut du CBD et votre traitement régulier. Votre médecin vous délivrera tous les conseils dont vous avez besoin, alors n’oubliez surtout pas de les lui demander.

Retrouvez toute les dernières informations sur nos produits au CBD sur notre Instagram.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur votre première commande